logo_plesséole.png

En quoi le projet de Plesséole est-il un projet citoyen ?

Le concept d’éolien citoyen est né en 2008 en France à l'initiative de quelques acteurs dont Énergie Citoyenne en Pays de Vilaine (EPV) et à l'image de ce qui existe déjà au Danemark, en Allemagne et en Belgique. Il répond à la volonté de rendre la maîtrise et la gestion du vent, ressource locale, aux acteurs locaux : habitants, collectivités, associations,…).

 

L’ingénierie technique est la même que pour un projet éolien industriel classique, et les autorisations demandées sont les mêmes. Le fait que le portage soit différent n’exonère en rien des exigences techniques d’un projet et du recours à des spécialistes. Le coût réel du développement est le même. En revanche il existe une énorme différence qui tient à l’absence de spéculation sur la marge qui rémunère le risque de développement, ce qui permet d’avoir un coût complet de production raisonnable.

 

L'éolien citoyen trouve sa reconnaissance dans la charte nationale Énergie Partagée (adoptée en mai 2010), qui définit que chaque projet doit s’inscrire dans la cohérence d’une approche globale intégrant :

 

  • un bilan énergétique très favorable

  • le respect de l’environnement et des populations

  • le souci des retombées économiques locales

 

 

Nous proposons aux habitants de devenir producteurs d’électricité,

copropriétaires du parc éolien de notre commune, en association

avec ECP, EPV, Redon Agglo, la commune de Plessé, le Sydela,

Enercoop et Energie Partagée Investissement.

Un projet est qualifié de Citoyen selon les critères suivants :

 

1. Ancrage local : la société qui exploite le projet est contrôlée par des habitants, des collectivités territoriales, et/ou le Fonds Énergie Partagée. Cela se traduit par leur participation majoritaire au capital et/ou par un pacte d'actionnaires garantissant ce contrôle dans la durée. On vise la création de circuits courts entre producteurs et consommateurs pour une prise de conscience du lien entre les besoins et les moyens de production.

 

2. Finalité non spéculative : les investissements sont réalisés pour être directement exploités, la rémunération du capital est limitée. Une partie des bénéfices est affectée à la dimension pédagogique et à l'investissement dans de nouveaux projets citoyens et des actions de solidarité. On vise une éthique de l’économie sociale et solidaire, permettant un accès à l'énergie à un prix juste et transparent.

 

3. Gouvernance : le fonctionnement de la société d’exploitation du projet est démocratique, de type coopératif, transparent et clair, avec des garanties sur le maintien dans la durée de la finalité du projet. La gouvernance choisie permet un contrôle des prix de production par la communauté et la transparence totale sur le fonctionnement et les aspects financiers.

 

4. Écologie : la société d’exploitation est engagée durablement et volontairement dans le respect de l'environnement, du niveau planétaire jusqu’au niveau le plus local, et dans une démarche de réduction des consommations énergétiques.

Logo ECP.png
Logo EPV.png
Plessé.png
Sydela.png
redon agglo.png
enercoop.png
EPI.png

Le tableau ci-contre compare les retombées économiques locales d'un projet éolien de 8MW (4 éoliennes de 2MW de puissance installée chacune). A droite nous observons les résultats dans le cas où le projet est confié à un investisseur externe au territoire. A gauche, le cas d'un projet éolien citoyen. L'étude est basée selon les hypothèses de production volontairement prudentes et projetées sur 20 ans du parc éolien citoyen de Sévérac-Guenrouët en Loire-Atlantique.

Dans le cas d’un projet éolien "classique" où le projet est porté par un investisseur externe au territoire, les revenus qui restent sur le territoire se limitent aux taxes perçues par les collectivités, aux loyers versés aux propriétaires des

terres où sont implantées les éoliennes et, dans le cas où le porteur ne délocalise pas ses bénéfices ou ne fait pas d’optimisation fiscale, aux impôts sur les sociétés. La contribution à la richesse du territoire est multipliée par trois dans le cas d'un projet éolien citoyen. On peut réellement parler de circuit économique vertueux dans le cas d'un projet citoyen de production d'énergie renouvelable.