Flashs lumineux

 

Le balisage lumineux est obligatoire de jour (flash blanc) comme de nuit (flash rouge) pour garantir la sécurité du transport aérien et des exercices militaires. Ces flashs très puissants sont émis toutes les cinq secondes en haut des mats des éoliennes et peuvent être considérés comme une source de pollution lumineuse supplémentaire la nuit.

 

Un nouvel arrêté datant du 23 avril 2018 relatif à la réalisation du balisage des obstacles à la navigation aérienne a été publié au Journal Officiel le vendredi 4 mai 2018. Il contient une série de dispositions visant à réduire l'impact de ces flashs. Parmi celles-ci se trouve notamment la possibilité d’introduire, pour certaines éoliennes au sein d’un parc, un balisage fixe ou un balisage à éclat de moindre intensité, de baliser uniquement la périphérie des parcs éoliens de jour, ainsi que la synchronisation obligatoire des éclats des feux de balisage.

L’arrêté est entré en vigueur le 1er février 2019, et à partir de cette date, toutes les nouvelles installations doivent s’y conformer. Les parcs plus anciens ne doivent se mettre aux normes qu’en cas d’un remplacement d’au moins la moitié des éoliennes.

 

La profession souhaite encore réduire cet impact en ne balisant pas toutes les éoliennes, ou en imaginant un système de détection qui déclencherait cette signalisation à l’approche d’un avion par exemple. Le groupe de travail éolien, initié par le gouvernement fin 2017, a été réuni le 18 décembre 2019, après plusieurs mois de pause. La ministre de la Transition écologique, Élisabeth Borne, a annoncé le programme : des travaux sur l'intégration territoriale des parcs éoliens et la gestion de fin de vie des éoliennes. Plusieurs pistes de réflexion ont été dégagées, dont le lancement d'expérimentations sur le balisage circonstancié. Mais pour l'instant le balisage complet reste obligatoire.